1 commentaire

  1. Ce que nous enlevons aux autres, c’est d’abord à nous même que nous l’enlevons et ce qui est perdu pour tous ne peut être restauré. C’est à la fois un drame et un mystère, un drame-mystère ! Un geste pendulaire entre sympathie et antipathie qui préside à notre rencontre personnelle et collective avec le mal.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s