Le Virus du Petit Dictateur

Il y a dans l’humain des forces contraires qu’il nous est impératif d’apprendre à mettre en relation pour naviguer vers les nouveaux mondes de demain ensemble…

Il y a par exemple une grande danse de mouvements contraires entre l’Explorateur(trice) et l’Exploitateur(trice) dans nos voyages relationnels…

Le nouveau monde virtuel nous met en contact avec les nombreux effets secondaires du virus du PetitDictateur que nous transmettons inconsciemment de génération en génération….

L’Explorateur en nous cherche des nouveaux mondes, des nouvelles épices, des nouvelles sensations. Que ce soit sur Internet ou dans ses relations réelles, il est animé par la Curiosité et le Désir de nouveauté mais peut nous faire échouer dans la grande île des Dépendances avec sa Capitale: Plaisir-sur le-Champs.

Puis il y a l’Exploitateur animé par la polarité opposée au désir qui est à la recherche de profits AZ Zéro limite qui active automatiquement la peur de perdre et le fait échouer dans la Jungle des Jeux de Pouvoir.

Là il est condamné comme un esclave à transformer tout ce qu’il rencontre en objet de consommation jetable. En faisant preuve d’imagination, d’intégrité, de courage et de sens des relations, l’énergie de la peur se rythme au désir à tous les jours. Et alors, chacun à notre échelle, nous pouvons contribuer à diminuer les effets toxiques du virus du petit dictateur et nous pouvons vivre Souverainement dans une démocratie qui favorise le débat sain des forces contraires dans notre propre coeur, lieu de naissance de notre souverainté….

Ce qui arrive en Haiti est un reflet archétypique d’une dynamique qui se vit à tous les jours dans un monde qui fait fie de l’histoire…

 » C’est qu’après l’arrivée de Christophe Colomb dans cette île qu’il a baptisée Hispaniola (où se côtoient aujourd’hui Haïti et la République dominicaine), les autochtones ont été exterminés en un temps record, on n’a même pas eu besoin de construire des réserves plus tard pour entasser les survivants. Le nom Haïti vient du peuple taïnos : Ayiti.Pour poursuivre l’exploitation du sucre, une sorte d’équivalent du pétrole à l’époque, on s’est lancé dans la traite d’esclaves, avec les yeux plus gros que la panse.Haïti est un exemple précoce du capitalisme sauvage le plus inhumain, si bien qu’à un moment donné, le nombre d’esclaves dépassait de beaucoup le nombre de maîtres. Est arrivé ce qui devait arriver. Ils se sont révoltés et ont pris les armes, portés entre autres par les idéaux de la Révolution française. « 

https://www.lapresse.ca/actualites/chroniques/2021-08-15/haiti/rien-a-voir-avec-une-malediction.php?fbclid=IwAR0mfLYPYr5IQfQ2jbCuWghU3XUwHDATLwGjjngs6ZSF-k3cg1tJF5yi1rU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s